Sommes nous decouragés?

Aller en bas

Sommes nous decouragés?

Message  Nathan le Lun 6 Jan - 7:11

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Nathan
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 440
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : par GPS guide pour le salut

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sommes nous decouragés?

Message  Yasashi le Lun 6 Jan - 22:43

Merci beaucoup Nathan c'est super encourageant !  Very Happy 
avatar
Yasashi
proclamateur agré/ée

Messages : 486
Date d'inscription : 31/10/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sommes nous decouragés?

Message  Invité le Mar 7 Jan - 0:41

Comme quoi rien ne peut nous empêcher de servie Jéhovah même la maladie que Jéhovah puise continuellement bénir tous ceux qui se dépense malgré leur handicap

Félicitation  cheers


Dernière édition par davoa le Mer 8 Jan - 0:01, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sommes nous decouragés?

Message  Yasashi le Mar 7 Jan - 22:40


Ce que Jésus à endurer



  Alors que Jésus arrivait au terme de sa vie sur terre, aucune cruauté ne lui a été épargnée. Outre l’angoisse extrême qui le taraudait, pensez aux déceptions et aux humiliations qu’il a subies. Il a été trahi par un intime, abandonné par ses amis les plus proches, soumis à un procès illégal au cours duquel les membres de la plus haute cour religieuse du pays se sont moqués de lui, lui ont craché dessus et lui ont donné des coups de poing. Il a pourtant tout enduré avec calme et dignité. — Matthieu 26:46-49, 56, 59-68.
Pensez aussi aux terribles souffrances physiques que Jésus a endurées. Le type de flagellation qu’on lui a infligé provoquait, dit-on, “ des déchirures longues et profondes qui saignaient abondamment ”. On l’a cloué à un poteau, mode d’exécution qui entraînait “ une mort lente dans un maximum de souffrances ”. Essayez d’imaginer la douleur atroce qu’il a ressentie quand on lui a transpercé les mains et les pieds avec de grands clous (Jean 19:1, 16-18). Et celle, indicible, qui l’a submergé quand on a redressé le poteau, que tout son corps s’est trouvé suspendu aux clous et que son dos lacéré est venu racler le bois rugueux. Et n’oublions pas qu’il a enduré ce supplice, alors qu’il était en proie à l’accablement moral dont nous avons parlé au début de ce chapitre.
Que pourrions-nous avoir à endurer, nous qui suivons le Christ ? Jésus a dit : “ Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il [...] prenne son poteau de supplice et me suive continuellement. ” (Matthieu 16:24). Le “ poteau de supplice ” désigne ici la souffrance, la honte, voire la mort. Suivre le Christ n’est pas la voie de la facilité. Nos principes chrétiens nous rendent différents. Comme nous ne faisons pas partie du monde, il a de la haine pour nous (Jean 15:18-20 ; 1 Pierre 4:4). Néanmoins, nous sommes prêts à prendre notre poteau de supplice — prêts à souffrir, et même à mourir — plutôt que de renoncer à suivre notre Modèle. — 2 Timothée 3:12.
Au cours de son ministère, Jésus a rencontré d’autres épreuves, des épreuves dues à l’imperfection des gens qu’il côtoyait. Souvenons-nous qu’il a été l’“ habile ouvrier ” utilisé par Jéhovah pour créer la terre et la vie qui s’y trouve (Proverbes 8:22-31). Il savait donc que le dessein de Dieu relatif aux humains était qu’ils manifestent les qualités divines tout en jouissant d’une santé parfaite (Genèse 1:26-28). En venant sur terre, Jésus a pu observer les conséquences tragiques du péché d’un point de vue tout autre, car, devenu homme, il éprouvait des émotions et des sentiments humains. Quelle peine il a dû ressentir en constatant combien on s’était éloigné de la perfection originelle d’Adam et Ève ! Sous ce rapport aussi, son endurance a été mise à l’épreuve. Allait-il se décourager et renoncer, estimant la cause perdue ?
L’indifférence des Juifs à son message l’a tellement attristé qu’il a pleuré ouvertement. A-t-il pour autant laissé cette attitude refroidir son zèle ou le faire cesser de prêcher ? Au contraire, il “ enseignait journellement dans le temple ”. (Luc 19:41-44, 47.) De même, un jour de sabbat, il a été “ profondément affligé ” de l’insensibilité des Pharisiens qui le surveillaient pour voir s’il allait oser guérir un infirme. S’est-il laissé intimider par ces opposants imbus de leur justice ? Certainement pas ! Il est resté ferme et a guéri l’homme, au beau milieu de la synagogue... — Marc 3:1-5.
Les faiblesses de ses disciples les plus proches avaient aussi de quoi l’éprouver. Comme nous l’avons vu au chapitre 3, ces hommes avaient un désir tenace de prééminence (Matthieu 20:20-24 ; Luc 9:46). Jésus les a plus d’une fois encouragés à l’humilité (Matthieu 18:1-6 ; 20:25-28). Mais ils étaient lents à comprendre. Quand on pense que, la nuit précédant sa mort, il y a encore eu “ une vive contestation ” parmi eux pour savoir lequel était le plus grand (Luc 22:24) ! A-t-il baissé les bras, jugeant leur cas désespéré ? Non. Sans se départir de sa patience et de son optimisme, il s’est concentré sur ce qu’il y avait de bon en eux. Il ne doutait pas de la sincérité de leur amour pour Jéhovah et de leur désir tout aussi sincère de faire sa volonté. — Luc 22:25-27.
Nous endurons parfois des épreuves comparables à celles de Jésus. C’est le cas lorsque le message que nous prêchons se heurte à l’indifférence, voire à l’opposition. Allons-nous nous décourager ou plutôt continuer à prêcher le Royaume avec zèle (Tite 2:14) ? L’imperfection de nos frères chrétiens est une autre source d’épreuves. Une parole inconsidérée, un acte irréfléchi, et nous voilà blessés (Proverbes 12:18). Allons-nous désespérer de nos compagnons à cause de leurs manquements, ou bien continuerons-nous à supporter leurs erreurs et à rechercher ce qu’il y a de bon en eux ? — Colossiens 3:13.
avatar
Yasashi
proclamateur agré/ée

Messages : 486
Date d'inscription : 31/10/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sommes nous decouragés?

Message  Invité le Mar 7 Jan - 23:56

Merci de cette excellent exemple mon petit Yasashi ce qui démontre bien que Jésus bien qu'il était parfais il a connu le souffrance la douleur comme le démontre ce post il a endurer tout cela par amour pour le GRAND JÉHOVAH et pour l'Humanité qui était sous l'emprise du péché.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sommes nous decouragés?

Message  Invité le Mer 8 Jan - 0:46

Pas découragé par les coups et les dangers de mort


Sous les coups, à l’excès: Paul fut très fréquemment battu. Il est écrit qu’il fut souvent “à deux doigts de la mort”. (Verset 23.) Cela peut vouloir dire qu’il fut parfois cruellement battu, pratiquement battu à mort.
Souvent à deux doigts de la mort: Ce ne fut pas forcément à la suite de coups seulement. Un peu avant, dans la même lettre, Paul disait: “Partout et toujours nous endurons dans notre corps le traitement meurtrier qu’on a infligé à Jésus.” (II Corinthiens 4:10, 11). La vie de l’apôtre fut menacée à Damas, à Antioche de Pisidie, à Iconium, à Thessalonique et à Bérée, et il fut même blessé et laissé pour mort à Lystres (Actes 9:23-25; 13:49-51; 14:1-6, 19, 20; 17:1, 5-9, 13, 14). En fait, peut-être a-t-il été aussi en danger de mort dans le cadre des jeux romains, car il dit ‘avoir combattu contre des bêtes sauvages à Éphèse’. (I Corinthiens 15:32; voir Actes 19:23-41; II Corinthiens 1:8-11.) Ayant été si souvent en danger, l’apôtre pouvait certainement écrire: “Chaque jour j’affronte la mort.” (I Corinthiens 15:31). C’est sans aucun doute l’esprit saint de Jéhovah et sa foi dans les précieuses promesses divines qui ont aidé et soutenu l’apôtre lorsqu’il se trouvait si souvent “à deux doigts de la mort”. — II Corinthiens 1:20-22.Souvent à deux doigts de la mort: Ce ne fut pas forcément à la suite de coups seulement. Un peu avant, dans la même lettre, Paul disait: “Partout et toujours nous endurons dans notre corps le traitement meurtrier qu’on a infligé à Jésus.” (II Corinthiens 4:10, 11). La vie de l’apôtre fut menacée à Damas, à Antioche de Pisidie, à Iconium, à Thessalonique et à Bérée, et il fut même blessé et laissé pour mort à Lystres (Actes 9:23-25; 13:49-51; 14:1-6, 19, 20; 17:1, 5-9, 13, 14). En fait, peut-être a-t-il été aussi en danger de mort dans le cadre des jeux romains, car il dit ‘avoir combattu contre des bêtes sauvages à Éphèse’. (I Corinthiens 15:32; voir Actes 19:23-41; II Corinthiens 1:8-11.) Ayant été si souvent en danger, l’apôtre pouvait certainement écrire: “Chaque jour j’affronte la mort.” (I Corinthiens 15:31). C’est sans aucun doute l’esprit saint de Jéhovah et sa foi dans les précieuses promesses divines qui ont aidé et soutenu l’apôtre lorsqu’il se trouvait si souvent “à deux doigts de la mort”. — II Corinthiens 1:20-22.
Cinq fois j’ai reçu des Juifs quarante coups moins un: Paul disait ici qu’à cinq reprises il avait été battu “à cause de la justice” par les Juifs, peut-être dans leurs synagogues (verset 24; Matthieu 10:17). La loi de Moïse prévoyait un châtiment sous la forme de coups de baguette ou de verge, les juges fixant le nombre de coups en fonction de la faute commise. Mais par bienveillance la punition était limitée à quarante coups, et les Juifs la réduisirent à trente-neuf, afin d’éviter de dépasser par erreur la limite prévue par la loi (Deutéronome 25:1-3). Ce traitement était très douloureux, mais “le Dieu de toute consolation” donna à Paul la force nécessaire pour l’endurer et rester fidèle.
Trois fois j’ai été battu de verges: Il s’agissait vraisemblablement de trois occasions où Paul avait été battu sévèrement par des officiers romains armés de verges (verset 25). On battait de verges la victime après lui avoir ôté ses vêtements de dessus.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sommes nous decouragés?

Message  Yasashi le Mer 8 Jan - 22:46

Merci Davoa. On voit que par l'intermédiaire de se texte les serviteurs de Dieu ont beaucoup souffert pour pouvoir communiquer la Bonne Nouvelle. Mais pour chaque cas on se rend comte que Jéhovah à toujours était la pour endurer leurs souffrances avec eux et les aider n'est-ce pas une belle preuve d'amour de la part de Jéhovah ? Prêchons-donc la Bonne Nouvelle du royaume ardemment car même dans les temps difficile nous saurons que nous ne sommes pas seul  cheers !
avatar
Yasashi
proclamateur agré/ée

Messages : 486
Date d'inscription : 31/10/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sommes nous decouragés?

Message  Invité le Jeu 9 Jan - 5:41

UN SAGE du passé a écrit : “ T’es-tu montré découragé au jour de la détresse ? Ta force sera mince. ” (Proverbes 24:10). Si vous avez déjà été découragé, vous aurez sûrement fait ce constat vous aussi.Personne n’échappe aux effets du découragement — de l’accès mélancolique qui disparaît en un jour ou deux au contrecoup d’une blessure affective qui peut, lui, persister beaucoup plus longtemps. Des chrétiens fidèles depuis des années sont tombés dans un tel état d’abattement qu’ils ont cessé d’assister aux réunions de la congrégation et de prêcher.
Même des fidèles du passé, qu’on peut qualifier de géants spirituels, ont connu des périodes de profond découragement :


Jérémie 20:14-18
14 Maudit soit le jour où je suis né ! Que le jour où ma mère m’a mis au monde ne soit pas béni ! 15 Maudit soit l’homme qui porta de bonnes nouvelles à mon père, disant : “ Il t’est né un fils, un mâle ! ” Il l’a vraiment réjoui. 16 Oui, que cet homme devienne comme les villes que Jéhovah a renversées sans qu’Il ait eu du regret. Il devra entendre une clameur au matin et un signal d’alarme au temps de midi.
17 Oui, pourquoi ne m’a-t-il pas carrément mis à mort dès la matrice, afin que ma mère devienne pour moi ma tombe et que sa matrice reste grosse pour des temps indéfinis ? 18 Pourquoi suis-je sorti de la matrice pour voir le dur travail et le chagrin, et pour que mes jours s’achèvent dans la honte ?

Certains, je cite, « avaient des craintes au dedans », « étaient abattus », « jetés à terre », « amer », « triste », « le
coeur engourdi ». Rebecca a dit, à un moment donné : « J’ai pris ma vie en aversion ». Le prophète
Yona a dit : « Mieux vaut pour moi mourir que vivre ».


Jérémie 20 : 14-18

« Maudit soit le jour où je suis né ! Que le jour où ma mère m’a mis au monde ne soit pas béni ! Maudit soit l’homme qui porta de bonnes nouvelles à mon
père, disant : “Il t’est né un fils, un mâle !” Il ’a vraiment réjoui. Oui, que cet homme devienne comme les villes que Jéhovah a renversées sans qu’Il ait eu du regret. Il devra entendre une clameur au matin et un signal d’alarme au temps de midi. Oui, pourquoi ne m’a-t-il pas carrément mis à mort dès la matrice, afin que ma mère devienne pour moi ma tombe et que sa matrice reste grosse pour des temps indéfinis ? Pourquoi suis-je sorti de la matrice pour voir le dur travail et le chagrin, et pour que mes jours s’achèvent dans la honte ? ».

Alors, qu’est-ce qu’on voit ici ? Eh bien des fidèles serviteurs de Jéhovah. Mais toujours heureux ?
L’approbation divine, c’est sûr. Mais toujours le sourire aux lèvres ? Non. Parfois angoissés.

On le rappelle ici , il s'agit de géants spirituels qui aimait Jéhovah et qui était déprimer ce sont des chose qui arrive malheureusement mais ils avait  L’approbation ( accord) divine. Cela devrait nous encourager a continuer notre course qui nous conduira vers le monde nouveau.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sommes nous decouragés?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum