Le volontariat des Témoins de Jéhovah pendant les inondations dans la région de Messine en Sicile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le volontariat des Témoins de Jéhovah pendant les inondations dans la région de Messine en Sicile

Message  Invité le Mer 21 Déc - 8:29




Le mardi 6 décembre est commencé à tomber une forte pluie battent et intense pendant environ 12 heures. Est tombée selon les zones, de 200 à 400 mm de pluie. Le soir il y a eu aussi un glissement catastrophique provocant la mort de trois personnes à environ 2 kilomètres plus loin de la Salle du Royaume. D’autres glissements de terrain se sont produits en d’autres villages et une grave inondation en beaucoup d’autres endroits ; des routes étaient fermée et interdites au trafic hormis les véhicules portant les secours.
Seulement 5 ou 6 frères ont eu leur maison inondée et immédiatement une équipe de frères et sœurs sont arrivées pour leur porter leur aide en nettoyant lavant le sol et enlevant le limon laissé par l’eau d’une hauteur d’environ 15 centimètres. La même chose pour la Salle du Royaume toute proche. Le jeudi matin, fut permis à une équipe d’une dizaine de frères et sœurs de se rendre à la Salle du Royaume pour la nettoyer de façon que puissent avoir lieux les réunions pour le culte. La Protection Civile et les Carabiniers donnèrent leur accord en limitant l’accès aux seuls secouristes. Cela fit prendre une décision, d’annuler définitivement la venue du Surveillant de Circonscription et son épouse. Mais cela permis aux deux itinérants de visiter nos frères, sœurs et les amis de la vérité, dont certaines étaient fort émotionnées par ce qui leur était arrivé.
Le Surveillant retint qu’il n’était pas approprié en cette circonstance de prêcher le message de maison en maison, et avec l’accord des anciens locaux furent organisée des équipes de frères et sœurs pour aider les gens locaux à pelleter le limon, et laver les locaux. Vendredi, les frères étaient une bonne dizaine, et vu que la chose était bien apprécié, organisèrent des équipes plus consistantes pour la fin de semaine : une cinquantaine de frères et sœurs de la ville proche de Barcellona (pas celle d’Espagne) et une cinquantaine venant de Saponara. Outre les frères et sœurs locaux sont arrivées aussi des congrégations voisines et d’autres depuis la ville de Catane distante une centaine de kilomètres.
Les équipes étaient bien organisées : chacun était muni d’une pelle, des bottes et seaux, d’autres avaient amenés des brouettes et aussi deux camions. Quand nos frères se présentèrent aux autorités de tutelle, ce dernières furent surprises de notre organisation. A Barcellona, nos frères avaient même établi une liste nominative de tous les volontaires avec leurs outils ou matériel mis à disposition. Cette disposition fut très bien accueillie par les autorités.
La population à réagit positivement voyant cette belle jeunesse à l’œuvre et bon état d’esprit de nos frères et sœurs.
Moins contents étaient ceux de la Protection Civile, car les personnes firent immédiatement la différence avec leur manque d’organisation et d’efficacité : ils n’avaient aucune pelle ni des moyens et travaillaient seulement quand les cameras de télévision filmaient. En effet dans la retransmission on voyait ceux de la Protection Civile avec leurs combinaisons bien propres, tandis que nos frères étaient actifs et tous sales par le limon et la boue.
Il y a eu divers fait positif a retenir ; la belle-mère du jeune de 28 décédé lors de l’éboulement, s’est approché d’un ancien
Lui disant : « Vous avez fait une chose merveilleuse ! Vous êtes vraiment un peuple mis à part ! » Monsieur le maire de Saponara a maintes fois fait l’éloge des frères disant : «
Vous êtes vraiment un bel exemple ! »
Un magnifique fait est arrivé quand une équipe de nos frères fut envoyé nettoyer un magasin d’un homme qui était très réticent à notre message. Il venait à peine de se disputer avec son neveu parce qu’il étudiait la Bible avec nous, quand vus arriver une équipe de 14 frères et sœurs munis de pelles et brouettes venus pour nettoyer son négoce ! Il resta muet comme une statue de marbre, sans dire un seul mot.
Monsieur le maire et tout le Conseil municipal furent énormément surpris, considérant que, pendant le gros du génie militaire et de la Protection Civile étaient occupés à restaurer les routes principales, très peu étaient les hommes et les moyens pour venir en aide aux familles. De ce fait nous demandèrent de former des équipes avec des responsables pour nous envoyer dans des quartiers ou le besoin était grand.
Bien que la population de Saponara ait été toujours bien disposée à écouter le message biblique, à toujours manifesté beaucoup de prudence nous concernant, quelques fois de la méfiance, alimenté par un clergé enragé qui a su exploiter les superstitions et les peurs ancestrales d’une communauté conduite de s’appuyer sur l’occultisme plutôt qu’a une foi solide et authentique. Ils nous écoutent, mais étant subordonnés par des expressions du type « c’est une secte de Satan » « ils sont payés pour faire ce travail » préfèrent tenir leurs distances. Il suffit de se rappeler qu’il y a quelques années, le curé de la paroisse où se trouve la Salle du Royaume, avait organisé un après-midi une retraite aux flambeaux, jusqu’à la Salle du Royaume, au moment où il n’y avait pas de culte, avec l’intention d’en chasser le démon de sa communauté. Malgré que tous n’aient pas partagé une telle idiotie, il était inévitable qu’ils se laissent influencer, par semblables craintes augmentant leurs préjugés.
Toutefois, en ces jours, est survenue quelque chose de nouveau. Nous voir à leurs côtés dans les moments d’un grand besoin à été une claire démonstration que notre activité chrétienne d’évangélisation, n’était pas qu’une seule théorie.
Une famille ayant perdu dans la boue son négoce de meubles, entendais que plusieurs jeunes volontaires parlaient entre eux en langue anglaise, aux quels ils ont demandé : «
Qui êtes vous ?
» Un frère local a expliqué qu’ils étaient tous des Témoin de Jéhovah d’un groupe en langue anglaise venant de Catania (Catane) et les jeunes qui les accompagnaient venaient de l’Angleterre.
Un autre frère raconte : une dame, propriétaire d’une petite mercerie (l’unique moyen de subsistance pour sa famille), a perdu tout dans l’éboulement suite à l’inondation. Toute la marchandise achetée et encore pas payée était immergée dans la boue. En plus de cela, avait perdu la recette de la journée et le livret des crédits de sa clientèle, la seule source de référence pour retrouver les débiteurs. Par le passé, mon épouse, continu le frère, mon épouse lui avait parlé de la Bible chez la coiffeuse, sans que la personne montrasse de l’intérêt. Mais quand elle l’aperçue, là, dans cette boue, près de son magasin, s’est jetée a son cou, heureuse de voir un visage ami. Elle était vraiment désespérée. Pendant qu’elle fouillé dans cette boue tout en pleurant, de trouver quelque chose à sauver, elle se trouva dans les mains une image d’un capucin béatifié. Se tournant vers nous, nous regarda pendant quelques seconds, puis tournant à nouveau son regard vers l’image pieuse mais cette fois avec une expression d’indignation et colère la déchira avec un léger sourire de résignation. Évidemment comprenait que cette image pieuse n’avait été d’aucune protection, par contre Jéhovah, au travers de ses Témoins, l’aidait malgré que ne soit pas une de ses adoratrices. Nous attendons le moment de pouvoir lui parler à nouveau, espérant que Jéhovah Dieu l’attire à Lui.
Une dame, pendant que nous lui enlevions la boue et le limon de son habitation, reçoit un appel téléphonique, et à la personne de l’autre bout du fil, cette dame lui fit part qu’elle était entourée par des Témoins de Jéhovah venus lui nettoyer son appartement.
Le lundi suivant, nous avons téléphoné à monsieur le maire pour l’informer que nous voulions organiser une autre journée de volontariat pour le samedi 9 décembre et par la suite avons pris contact avec un conseiller municipal pour confirmation que nous serions environ 80 personnes. Imaginez-vous l’émotion qu’ils eurent pouvoir compter sur nous, au moment ou toutes les organisations de l’état et les médias allaient s’en aller. C’est pourquoi notre présence le 9 décembre à été encore plus évidente et encore davantage de témoignage passif (mais actif par le travail de déblaiement, aussi parce que les personnes et les autorités même avaient constaté, tandis que même les entreprises concernées par une rémunération essaient d’esquiver le travail le plus pénible, alors que nous avions donné le maximum et volontairement.
Quand un matin de bonne heure avions remplis la place devant la mairie, les gens s’arrêtaient demandant qui nous étions
Nous regardant ravis. Un responsable de l’état civil, nous définit «
un exemple de vie
».
Un monsieur au quel nous avions nettoyé la maison les jours avant, quand il comprit que nous étions des Témoins de Jéhovah déclara : «
Je vous dis seulement ceci : en moins que vous le dis, tout sera nettoyé vraiment nettoyé
»
Certains d’entre nous ont été utilisés pour nettoyer les archives municipales. Etant disposé en une chaine humaine, les autres nous regardaient fascinés par notre organisation, et pour la motivation que nous avions dans leur rendre ce service.
Le gardien de la mairie exclama : «
Voici ce que signifie travailler vraiment et ne pas faire semblant
»
Chez une dame, nous avons libéré son entrée de la maison dans une zone accrochée à la montagne. Vu que les ruelles étaient très étroites nous empêchaient de travailler avec les véhicules, nous avons organisé une chaine humaine de 15 personnes avec des dizaines de seaux qui partaient pleins et revenaient vides, pendant que deux frères pelletaient avec énergie pour libérer l’entrée. Les voisins sortaient de leur maison pour venir nous regarder travailler La dame était étonnée par le climat si joyeux et positif que régnait parmi nous. A la fin elle ne savait pas comme nous remercier. Un frère qui avait beaucoup d’esprit joyeux demanda à cette dame à qui devait adresser la facture pour un tel nettoyage. La dame très souriante, lui répondit : «
Je pense à Dieu
» Nous étions tous contents et d’accord. Puis elle s’excusa et nous demanda si nous voulions un café. Nous lui avons répondu : «
Si vous le désirez la prochaine fois que nous venons pour parler de Dieu, vous pourrez nous offrir votre café, qu’en pensez-vous ?
» Sa réponse : «
Avec un immense plaisir
»Au terme de notre journée, les habitants d’un petit bourg nous ont salués avec beaucoup de gratitude, mais aussi avec un peu d’angoisse pour le lendemain. «
Vous reviendrez nous donner encore un coup de main ?
»Nous avons cherché de les encourager avec une pensée tirée de la Sainte Bible selon Proverbes 24 :10 « T’es-tu montré découragé au jour de la détresse ? Ta force sera mince. » Un d’entre eux à répondu : «
C’est vraiment une belle pensée, merci »
A tous ceux qui nous ont interpellés, nous avons expliqué que c’est l’amour pour notre prochain qui nous a poussés. Aucun d’entre nous a été obligé ou lié de quelque façon qui soit. Notre prochain avait besoin de l’aide et notre cœur nous a poussés, en obéissance aux principes exposés dans la Sainte Bible. Nous avons démontré notre façon de travailler que nous employions dans la construction de nos lieux de culte, toujours poussés par l’amour qui seul produit une bonne efficacité.
Beaucoup sont restés ébahis apprenant que avec beaucoup des frères c’était la première fois que nous nous rencontrions et nous avons travaillé comme si nous connaissions depuis toujours.

© Caleb traducteur
© Cristiani Testimoni di Geova .net

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum